Le livre numérique apporte-t-il un réel enrichissement par rapport au livre papier ?

8505f5554e398850

Le livre numérique apporte-t-il un réel enrichissement par rapport au livre papier ?
La réaction générale suite à cette question est la réticence face aux livres numériques, car ils sont perçus comme la bête noire du livre papier et tous les défauts et conséquences négatives lui sont associées.Tout d’abord cette réticence est le refus à abandonner le livre papier, en effet tous les groupes apprécient le livre sous sa forme classique. De plus l’idée de n’avoir qu’une bibliothèque virtuelle, et de ne pouvoir prêter ses livres simplement comme on peut le faire avec les livres papiers, frustre les lecteurs. Le doute persiste sur le réel confort de lecture avec le rétro-éclairage qui fatigue les yeux mais encore être limité par la résistance de la batterie.

Ensuite la question majeure est celle de l’avenir des bibilothèques, des imprimeurs, des libraires et leurs librairies indépendantes. C’est un marché qui inquiète face aux géants comme Amazon et bientôt Google édition, c’est pourquoi les libraires indépendants vont devoir se lancer dans une grande librairie en ligne. En effet, cette inquiétude est aussi partagée dans l’essai, Apologie du livre, de Robert Darnton*. À un niveau international il note que 5% des Américains ont déjà adopté le livre numérique, mais que le monde produit toujours plus d’ouvrages imprimés (bientôt un million par an). Pour lui, le vrai danger vient plutôt du gigantesque projet de bibliothèque en ligne de Google : «Je crois qu’il y a un danger de commercialisation de notre héritage culturel commun et, à terme, nous pourrions avoir des prix exorbitants sur les livres numériques, parce qu’aucun contrôle n’est prévu.» De plus, il rappelle qu’un procès est en cours contre Google pour avoir scanné 13 millions de livres en violant le droit d’auteur. (*directeur de la bibliothèque de l’université d’Harvard et l’un des grands spécialistes de l’histoire du livre)
Alban Cerisier estime à son tour que les inquiétudes sont légitimes, car «une modification majeure du livre imprimé vers le livre numérique peut impacter considérablement ce secteur d’activité».
Puis le coût d’investissement d’une liseuse n’est pas abordable pour tout le monde, les prix varient selon les modèles entre 79,90€ et 169,90€.Mais aussi les prix des livres numériques variants selon les plateformes, qui engendre des ventes à pertes.Face à cela, la solution serait de créer une législation sur un prix unique du livre numérique, fixé par l’éditeur, comme il existe déjà pour le livre papier.

Tous ces points posent le doute de l’utilité de cette nouvelle vague technologique, cependant il est important d’aller au-delà des idées premières et de comprendre la richesse, la variété et les atouts des livres numériques. Les livres numériques permettent de nouveaux usages de lectures. En effet, nombreux lecteurs lisent de manière fragmentée, c’est-à-dire qu’ils lisent lors de courtes durées, comme lors d’un trajet en métro ou bien dans une salle d’attente… Ce nouveau mode de lecture de plus en plus courant peut alors se satisfaire par la publication de formats courts, de nouvelles…
Contrairement aux idées pré-conçues le livre numérique (liseuse et ebook enrichi) ne remplaceront pas le livre papier mais va être son complément. Comme le dit l’auteur Umberto Eco de l’ouvrage, N’espérez plus vous débarrasser des livres, chaque nouvelle technologie, un air de panique naît. Il cite les exemples suivants : «Quand le cinéma est apparu, le théâtre était foutu, le music-hall, l’opéra, etc. Quand la télévision est apparue c’était le cinéma qui était foutu etc. et avec tout le reste. Maintenant le livre numérique arrive, et ses apôtres annoncent la disparition du livre papier, mais non… Certainement pas, il n’y a aucune raison. Il va s’incorporer à notre vie, et dans quelque temps nous n’en parlerons plus !» (http://www.arte.tv/fr/litterature-salon-du-livre-de-paris/3121260,CmC=3122022.html)
Ce point de vue est aussi partagé par Robert Darnton* dans son nouvel essai, Apologie du livre, où il s’interroge sur l’idée suivante, “le livre va-t-il disparaître au profit du tout numérique ? Face au projet de Google”. L’auteur milite pour une bibliothèque numérique mondiale, publique et gratuite, car pour lui cette initiative représente l’idéal du mouvement des Lumières, «Une idée centrale à l’âge des Lumières était la République des lettres : le progrès social grâce à la lecture. Mais au XVIIIe siècle, cette République des lettres n’était pas égalitaire. Aujourd’hui, elle peut l’être grâce aux nouvelles technologies. Nous pouvons rendre les livres accessibles à tous ceux qui ont Internet. Et c’est incroyablement important.» Aussi comme Umberto Eco, il n’ oppose pas le digital et le papier, «Comme la radio n’a pas tué les journaux, la télé n’a pas tué la radio, l’internet n’a pas tué la télévision, je ne crois pas que les livres électroniques tuent le livre imprimé. En fait, il y a maintenant des chiffres qui montrent que les gens qui lisent sur tablette électronique prennent aussi goût à la lecture sur papier.» (*directeur de la bibliothèque de l’université d’Harvard et l’un des grands spécialistes de l’histoire du livre)

Ce système de lecture devrait alors connaître une réelle croissance des utilisateurs avec de nombreux éditeurs, lecteurs qui se sentiront investis par cette nouveauté technologique. En effet suite à ce progrès, des organisations se sont créées. De nouveaux éditeurs appelés “pur player” apparaissent en publiant exclusivement des formats numériques. Aussi, nous ne sommes pas sans savoir que de plus en plus d’éditeurs traditionnels s’ouvrent eux aussi à ces nouvelles possibilités de marché. Les éditions Gallimard, Flammarion et Lamartinière se sont regroupées pour créer une plateforme appelée “EDEN LIVRE”, où l’on peut retrouver toutes leurs éditions numérisées.

Désormais pour acheter un ebook (livre numérique), le lecteur doit se rendre sur des distributeurs virtuels ayant la même finalité qu’une librairie traditionnelle, c’est-à-dire consulter les livres disponibles, faire sa sélection et passer à l’achat.
Les Stores d’achats d’ebooks les plus connus sont :
- Boutique Kobo : http://store.kobobooks.com
- Boutique Kindle sur Amazon.fr
- Boutique FNAC : http://www.fnac.com/telecharger-ebook.asp#bl=gKobo

Malgré cette nouvelle organisation, le marché du livre numérique reste encore très faible puisqu’il ne représente que 0,1% du marché français. On pourrait alors se demander si les lecteurs français réticents à ce mode de lecture, ne changeront pas d’avis au fil du temps. Frédéric Filloux* spécialiste des business models des médias dans le contexte de leur évolution vers le numérique, annonce que le livre numérique va se développer majoritairement avec les générations ayant grandies dans un environnement numérique. Il cite dans son article, Pourquoi le eBook va changer la donne, “Personne ne se fait d’illusions sur la capacité de ceux qu’on appelle les digital natives, qui n’auront connu que l’ordinateur et plus encore le smartphone, à se contenter d’un écran pour lire – à leur façon, c’est-à dire en picorant des formats de plus en plus courts.” (*Ancien directeur de la rédaction de Libération et fondateur de 20 Minutes en France, il est spécialisé sur les business models des médias, dans le contexte de leur évolution vers le numérique)
C’est pourquoi cet enjeu technologique et économique n’est pas passé inaperçu lors des salons du livre. Ce salon présente depuis 6 ans l’espace “LE LIVRE NUMÉRIQUE DE DEM@IN”, dédié aux éditions numériques et à la lecture sur supports mobiles, cet espace s’anime autour d’une vingtaine de conférences sur le sujet.

Pour mieux comprendre, le livre numérique s’articule autour de différentes techniques. La première concerne la lecture de romans, de nouvelles, de formats courts… On peut les consulter sur des liseuses telles que le Kindle produit par Amazon et la Kobo diffusée par la FNAC. Une liseuse est un appareil mobile conçu essentiellement pour lire des livres numériques. À la différence des tablettes tactiles, elles utilisent le papier électronique comme technique d’affichage ce qui offre la même qualité de lecture qu’un livre papier. Ce format numérique apporte certaines fonctionnalités comme la possibilité de transporter une bibliothèque riche et variée avec soi, très utile pour limiter l’encombrement des bagages, et ainsi de lire deux à trois fois plus qu’avec un support papier. Certains même ont développé l’envie de lire des livres papiers grâce aux livres numériques. Il est aussi possible d’agrandir la taille des caractères, de rechercher des mots présents dans tout le texte, de consulter un dictionnaire interne, de surligner des passages, d’ajouter des notes personnelles, des marques-pages ou bien encore d’écouter le texte grâce à la synthèse vocale. Depuis 2012 certaines liseuses sont équipées de la wifi.

D’autre part il existe une autre variété de livres numériques, ils sont appelés «livres enrichis». Ceux ci sont à considérer comme le bonus du livre papier. En effet lorsqu’un livre papier est développé en e-book enrichie (format epub 3 et ibook), la charte graphique existante du livre est respectée et permet un développement de l’interactivité avec l’ajout de contenus enrichis tels que du design graphique, des typographies variées et des éléments multimédias (photos, illustrations, vidéos, audio). Par exemple, Martine, célèbre héroïne de livres pour enfant s’est développé en «livre augmenté» qui permet l’enfant de passer de la lecture illustrée à des jeux autour de l’histoire. Le livre enrichi ne sera donc pas utilisé pour lire des romans, mais comme des livres objets, collector, abordant un thème précis. En effet ce principe de livres tend à rendre la lecture ludique, étonnante, riche en informations iconographiques, audio et vidéos. Et le petit plus est que le livre numérique est 20 à 30% moins cher que le livre papier.

Le livre papier n’a pas à se soucier du livre numérique car en France il existe seulement 15 000 à 50 000 livres numériques payants face à 700 000 livres papiers. Le marché du livre numérique reste encore très faible puisqu’il ne représente que 0,1% du marché français, mais il est dans une forte croissance, c’est pourquoi les derniers prix Goncourt sont désormais tous achetables en format numérique. Même si la majorité attache toujours un grand intérêt au livre papier, on peut voir venir une coexistence entre le papier et le numérique. De ce fait le livre numérique est complémentaire au papier et peut aussi être le moyen de réinvestir et imaginer les librairies des années à venir.

Laisser un commentaire